Avis: rentabilité du minage – mythe ou réalité?

De nombreux analystes utilisent lors des prévisions pour le bitcoin et autres crypto-monnaies le terme « rentabilité ». Essayons de comprendre ce que c’est et à quel point cela affecte le prix de la crypto-monnaie.

N’oubliez pas de nous suivre sur Telegram et de vous abonner à notre Newsletter!

D’après Wikipedia, la rentabilité est une mesure relative de l’efficacité économique. L’efficacité économique est à son tour le rapport entre les résultats obtenus et les coûts.

Comment calculer la « rentabilité » du minage?

Nous considérerons l’exemple du bitcoin, bien que le schéma reste le même pour toutes les crypto-monnaies utilisant PoW (c’est-à-dire le minage).

Très conditionnellement, pour le minage, nous aurons besoin: d’un appareil qui calculera les hachages (les ASICs ont remplacé toutes les autres solutions du marché). Il faudra aussi une connexion à Internet – mais le trafic généré par le minage est si misérable qu’il peut être ignoré. Mais nous aurons besoin d’électricité … et il en faudra beaucoup.

Si l’usure physique de l’électronique n’est presque pas un problème, en ce qui concerne l’obsolescence morale, l’histoire est plus triste. Constamment de nouvelles puces pour le minage sortent, les fabricants rivalisent dans l’amélioration de la technologie et chaque nouvelle génération d’ASIC réduit considérablement l’efficacité des prédécesseurs. De ce fait, cela oblige les mineurs à changer d’équipement.

Les principaux coûts que nous avons identifiés sont l’équipement et l’électricité. Et si tout est clair avec l’équipement, comment calculer la quantité d’électricité?

Et voici la partie amusante. Très probablement, la « rentabilité » du minage, terme exploité par les analystes – c’est «la température moyenne» – à savoir que le hashrate total du réseau qui peut être calculée sur la base des difficultés actuelles a été pris, en utilisant la puissance d’un ASIC moyen, et un calcul est effectué sur la base de sa consommation d’énergie.

Voilà! Et on peut affirmer que «la rentabilité du minage est d’au moins 3000 dollars par bitcoin».

Seulement ici, comme l’a dit Raikin: « En principe, vous avez raison, mais en fait vous vous trompez profondément. » Et maintenant nous allons voir pourquoi.

Un tel calcul ne prend pas en compte l’une des principales propriétés du minage.

À savoir, « le gagnant obtient tout ».

C’est-à-dire que le mineur ou le groupe de mineurs qui ont signé le bloc ont de la chance. Et ils se distribuent la récompense « selon les billets achetés ». Et il n’y a aucune garantie qu’avec un ASIC avec un certain hashrate, vous serez parmi les chanceux. Mais de toute façon, vous allez utiliser beaucoup d’éléctricité. L’argent dépensé pour l’équipement compte aussi. Et il s’avère que le « en moyenne » a déjà déformé les calculs ci-dessus.

Supposons, statistiquement, que dans un intervalle de temps assez long, votre pool bénéficie toujours de toute la récompense et qu’en moyenne, votre hashrate est entièrement remboursé. Et même pour les sommes spécifiées.

Le problème consiste alors dans l’organisation fondamentale de l’algorithme PoW.

Le minage, comme processus conçu à l’origine pour inciter les utilisateurs du réseau à dépenser les puissances pour le calcul des hash pour assurer la viabilité du réseau et l’immuabilité de la blockchain. Et la récompense du mineur dans le réseau n’est pas un objectif, mais un moyen.

Dans un premier temps, il a été proposé de produire les blocs du Bitcoin toutes les 10 minutes – le temps pour qu’il n’y ait pas de double dépense. Les autre crypto-monnaies «jouent» avec cette constante, et il y a en qui trouvent avantageux la réduction de l’intervalle . Cependant, les créateurs du Bitcoin ont établi exactement 10 minutes.

Considérons une situation hypothétique: en voyant la rentabilité du minage, 100 nouveaux mineurs rejoignent les nouveau-né Bitcoin. Avec par exemple, une cinquantaine existant à cette époque. Un simple calcul indique que le hashrate total augmentera d’au moins trois fois. Mais le temps qui passe entre les blocs diminuera de trois fois aussi. Jusqu’à trois minutes par exemple. Mais cela contredirait clairement l’idéologie du réseau.

Une solution simple et élégante a été trouvée – la complexité du calcul. Elle n’est pas constante, mais change dynamiquement par tout le réseau, en fonction du temps qu’occupe la signature des blocs. Plus il y a de mineurs qui entrent dans le jeu pour la « précieuse récompense », plus la complexité devient élevée. Mais c’est également vrai à l’inverse: moins il y a de mineurs, plus la complexité est faible.

En pratique, cela rend le bitcoin viable même avec 100 mineurs avec des calculatrices de poche. C’est-à-dire que si « la minage devenait non rentable » – un certain nombre de mineurs éteindraient leurs fermes inévitablement, vendraient le matériel restant et partirait s’occuper des « start-ups ». La récompense ne changera pas, mais le nombre de prétendants à l’obtenir diminuera. Le réseau s’ajustera au nouveau hashrate et gardera en moyenne la même vitesse de création de bloc – une toutes les 10 minutes.

Il s’avère qu’on nous avait menti tout ce temps?

Pas vraiment. À courts intervalles, bien sûr, l’efficacité économique peut influer sur le prix du bitcoin – les mineurs conserveront simplement leur récompense en prévision du cours plus rentable.

Mais à moyen terme, cet indicateur ne me semble plus être un paramètre fiable pour les prévisions.

Suivez Decentra sur Telegram et abonnez-vous à notre Newsletter!

Vous avez aimé l'article ? Notez-le !
0/5

Leave a comment

Copyright 2018 © All rights Reserved.