Créer son propre shitcoin : de l’argent rapide?

Le grand nombre de « coins » sur le marché des crypto-monnaies est-il un indicateur de facilité pour la création de l’un d’entre eux ?

Suivez Decentra sur Telegram!

Si nous parlons de la création de zéro d’un système comme le Bitcoin, il faudra plusieurs mois. Une équipe de bons programmeurs coûtera des centaines de milliers de dollars. Les tests, la publicité, le listing de la crypto-monnaie sur des échanges demandera également du temps, de l’effort et des coûts financiers importants.

Pour qu’une crypto-monnaie devienne vraiment intéressante aux yeux d’une communauté et continue d’évoluer, il n’y a pas assez d’un beau nom et du mot « Blockchain » dans la description. Heureusement, la folie sur le marché s’est adoucie. Les utilisateurs sont maintenant plus intelligents et stratèges.

Mais une question logique se pose: d’où proviennent tant de shitcoins (des monnaies qui apparaissent et qui tombent aussi rapidement dans l’oubli).

Tout est beaucoup plus simple ici.

À l’origine, les crypto-monnaies sont des logiciels open source. D’un côté, cela est toujours présenté comme une vertu. La preuve en est, vous avez tous certainement entendu l’argument disant «n’importe qui peut vérifier l’exactitude du code et l’absence de vulnérabilités». Cette déclaration est controversée pour quiconque connaît les langages de programmation. Et a essayé de lire le code source de quelqu’un d’autre au moins une fois dans sa vie, mais dans l’ensemble, c’est correct.

Le revers de la médaille est que cela permet à quiconque de télécharger l’intégralité du code source et de l’utiliser dans ses développements.

Habituellement, les licences publiques ont peu de restrictions. Une fois les modifications apportées au minimum, vous pouvez émettre un token sous votre nom.

Un exemple frappant est l’émergence du Litecoin, Dash et Bitcoin Cash : les auteurs de toutes ces crypto-monnaies ne cachent pas l’origine du code source. Toutefois, les changements nécessaires étaient très importants: par exemple, les développeurs de dash ont mis en place un mécanisme innovant pour accroître l’anonymat des transactions et présenté des paiements instantanés ne nécessitant pas de confirmation de la part des mineurs.

Les créateurs de shitcoins n’aspirent pas au long terme.

Habituellement, leur but consiste à obtenir un certain nombre de pièces en « pré-mine », à lister le token sur plusieurs échanges peu connus et à obtenir de l’argent facile. Le support d’une telle crypto-monnaie «révolutionnaire» se termine sans commencer, la source estperdue dans les profondeurs du github, et se souviennent du token que ceux qui par manque d’expérience ont acheté les nouvelles monnaies et ont espéré un « To The Moon ».

Que faut-il pour cela?

Pas grand chose. Un environnement de programmation installé (généralement fourni avec la plupart des systèmes Linux), une connaissance minimale des langages de programmation et un code source approprié à vos fins. Par exemple, voici le lien vers le code source bitcoin.

De plus, dans le code source, toutes les références à la crypto-monnaie d’origine doivent être remplacées par un nouveau nom (le nom Bitcoin peut par exemple être remplacé par un nom original et sonore comme cacacoin). Pour faire ressortir l’originalité, certains paramètres de configuration sont changés: la vitesse du minage, le nombre total de pièces pouvant être émises, etc. Bien entendu, le «créateur» d’une telle crypto-monnaie pensera en dernier à introduire des vrais changements. Car ils nécessitent du temps, de l’argent et une préparation théorique sérieuse.

Un répositoire Github est créé avec un nouveau nom, les codes source y sont chargés. Un site basé sur des modèles prêts à l’emploi est ensuite créé, faisant la promotion des avantages et des innovations du coin. Après cela, le messie blockchain récemment apparu se rend sur des échanges, proposant la nouvelle monnaie.

Naturellement, cela prend un peu plus de temps dans la réalité. Mais en général, le chemin de vie d’un « shitcoin » sera toujours similaire à l’algorithme décrit ci-dessus. La base est le code source d’une crypto-monnaie existante, des modifications minimes, la vente de tokens, l’arrêt du support.

Le coût d’un tel «développement» se résume à la création d’une landing page primitive, et parfois d’une petite campagne publicitaire.

Avec l’apparition du réseau Ethereum et de la norme ERC20, la création de son propre token est davantage simplifiée. Mais c’est une autre histoire que l’on vous racontera un peu plus tard.

N’oubliez pas de suivre Decentra sur Telegram!

Vous avez aimé l'article ? Notez-le !
0/5

Leave a comment

Copyright 2018 © All rights Reserved.