Le bitcoin est protégé de l’attaque 51% selon la BOC

La Banque centrale du Canada (BOC) a publié ce mois-ci un rapport dans lequel elle affirme qu’une attaque 51% ne menace pas la crypto-monnaie la plus populaire au monde.

Jonathan Chiu du Département de la gestion des fonds et Thorsten Koppl, un économiste de l’Université du Queens ont travaillé sur le rapport de la banque centrale. M. Chiu et M. Koppl sont arrivés à cette conclusion sur la base de la formule traditionnelle familière à la communauté du bitcoin, à savoir que les incitations appropriées concordent avec la preuve du travail.

La Banque du Canada, en tant que banque centrale du pays, constitue la politique monétaire du pays, conformément à sa charte, en prenant des décisions financières sûres et justifiées. En tant que seul organisme légitime capable de délivrer des documents gouvernementaux, il gère non seulement la politique fiscale du Canada, mais il agit également à titre de prêteur pour les banques privées.

Le rapport publié se lit comme suit: « Dans le cas de la crypto-monnaie, la récompense est donnée en tant que prime d’émission. Ce revenu entraîne une inflation, qui implique des coûts indirects sous la forme d’une taxe d’inflation pour les utilisateurs. Cependant, il y a aussi des coûts directs liés aux investissements dans la puissance de calcul (principalement l’énergie), qui utilise une grande partie de la prime d’émission. La monnaie traditionnelle ne perd pas sa prime d’émission, mais génère des revenus pour l’émetteur. Dans le cas d’une banque centrale moderne, cela conduit à une augmentation des bénéfices qui dépasse les coûts de transaction qui peuvent être utilisés pour compenser d’autres taxes distorsives utilisées par le gouvernement « , ce qui est acceptable pour la banque centrale.

Dans la section intitulée « double dépense comme menace », les auteurs affirment qu’ils considèrent le minage secret comme course exponentielle pour chaque mise à jour contre un groupe de mineurs honnêtes. Pour doubler les dépenses, l’utilisateur doit gagner la course un certain nombre de fois de suite, mais garder le secret des résultats.

« Ce n’est pas exact si l’on considère l’algorithme de consensus PoW (Proof-of-Work), la preuve de travail utilisée dans la blockchain. Ces utilisateurs peuvent rattraper, générant un nombre illimité de blocs plus rapidement que tous les autres mineurs. Par conséquent, le minage caché est un jeu vraiment sale par rapport aux mineurs honnêtes qui comptent un bloc à la fois. Cela est dû au problème de l' »attaque 51% ». En théorie, les mineurs qui contrôlent plus de la moitié du hashrate finissent par perdre le pouvoir en ce qui concerne la double dépense. « 

Du point de vue économique, la doublé dépense nécessite «que le mineur malhonnête ait une participation majoritaire et soit neutre en termes de risque. En règle générale, ces hypothèses sont irréalistes et, dans la pratique, les utilisateurs ont peu d’incitatifs économiques à lancer une telle attaque, surtout lorsque les investissements des gros mineurs sont importants », affirme la Banque du Canada.

Suivez Decentra sur Twitter!

Vous avez aimé l'article ? Notez-le !
0/5

Leave a comment

Copyright 2018 © All rights Reserved.